Un restaurant proche de la ViaRhôna

Un restaurant proche de la ViaRhôna

La ViaRhôna sillonne à travers la France, des bords du lac Léman, jusqu’à la méditerranée. Les cyclistes, de tous âges et de tout niveau, peuvent ainsi pratiquer le vélo sur des parcours plus ou moins longs. Ces journées donnent souvent lieu à de belles découvertes architecturales, culturelles et gustatives.

L’hostellerie du Port de Groslée

Les cyclistes empruntant cette portion de piste profitent des plaines verdoyantes, mais aussi du massif du Grand Colombier. Vignobles, lacs, châteaux, villages typiques et cascades ponctuent leur périple dans ce département, également emblématique de la bonne chère. Une adresse incontournable est d’ailleurs inscrite dans les tablettes des habitués : l’hostellerie du Port de Groslée.

Cet établissement a bien compris tout l’enjeu de cet emplacement privilégié. Il propose aux sportifs assoiffés et affamés, de profiter d’un « ravito », ouvert 7/7 jours en période estivale. Chacun peut ainsi se reposer et se restaurer dans un endroit ombragé, proposant aussi un espace avec des jeux d’enfants. Le ravito est une snackerie qui régale cyclistes et promeneurs avec des glaces, smoothies, milkshakes, cocktails … accompagnés d’un gâteau ou d’un panini.

Idéalement situé

Ce restaurant, idéalement situé au bord du Rhône, n’accueille pas que des adeptes de la petite reine. En effet, localement très connue, cette hostellerie étend petit à petit sa réputation, depuis sa reprise en 2019, par un nouveau couple de gérants. Après des travaux de modernisation et de réaménagement, les portes de l’établissement se sont donc réouvertes. Le couple a décidé d’opérer des changements de cartes, mais aussi d’activités au sein du restaurant. Ainsi, les dimanches d’hiver, le lieu devient ginguette, invitant les clients à partager des après-midis dansantes. Les clients du midi ont droit à une entrée gratuite. Quant aux autres, ils peuvent simplement consommer une boisson ou juste venir danser. Par ailleurs, de nombreuses soirées à thèmes sont dès lors organisées, pour le plus grand plaisir des gourmets, qui se délectent de mets savoureux, tout en écoutant des chansons.

La fête des grands-mères a, par exemple, inspiré le chef cuisinier qui, pour l’occasion, a concocté une carte comportant du pâté croûte en entrée avec un confit d’oignon et une salade verte, des grenouilles en persillade accompagnées d’un gratin dauphinois, un demi saint-marcellin ou un fromage blanc et une île flottante.  

L’arrivée du printemps est aussi l’occasion de proposer un brunch le dimanche 20 mars. Celui-ci sera servi à l’occasion des Supercars, en parallèle du Rallye Barjus. Les curieux pourront ainsi déambuler entre les véhicules de collections et les « sportives », tout en profitant d’une formule brunch.

Ouvert tous les jours, le restaurant offre bien sûr des repas plus traditionnels. Les amateurs de pizzas peuvent ainsi de régaler en choisissant dans une gamme généreuse, celle qui leur fait le plus envie.

Quant aux gourmets, nul doute qu’ils préfèreront la célèbre volaille de Bresse à la crème et aux morilles, agrémentée d’un gratin dauphinois et de légumes de saison. Incontournables dans ce département, les cuisses de grenouilles sont servies en persillade, avec le même accompagnement. La friture de filets de perche fait aussi partie des classiques. Un burger savoyard a par ailleurs trouvé sa place dans la carte du chef, Emmanuel Valin. Il fait la part belle au reblochon fondant, aux galettes de pommes de terre et aux tomates, le tout servi avec une sauce tartare. La carte contient bien sûr beaucoup d’autres propositions.

La carte des vins

Quant aux vins, les locaux sont privilégiés. Le Bugey possède des vins répondant à une appellation. Deux vins blancs, trois vins rouges et des vins rosés agrémentent les tables des meilleurs restaurants. Chardonnay, Gamay, Pinot noir, Mondeuse et Poulsard sont ainsi produits sur les côteaux parfois escarpés. Comment évoquer le Bugey, sans parler du Cerdon ? Ce pétillant gourmand trône sur les tables de tous les bugistes. Peu alcoolisé, il est servi très frais à tout moment de la journée, il accompagne un dessert, un apéritif ou une petite pause. L’apéritif est par ailleurs souvent accompagné de Montagnieu, concocté aussi dans ces vignobles.  

Les gérants offrent ainsi à leurs clients la possibilité de découvrir toutes les richesses culinaires de l’Ain, mais élargissent leurs propositions à bien d’autres mets. Soucieux de la qualité de leurs plats, ils privilégient les produits frais et élaborés sur place. D’autre part, ils se fournissent auprès des producteurs locaux pour les fruits, les légumes et le vin.

   

 

  

une cuisine qui s’inspire de la Normandie à Ouistreham
Trouver une bonne adresse pour manger des fruits de mer à Cabourg